Hugo de la nuit – Bertrand Santini

Hugo de la nuit – Bertrand Santini

L’oncle d’Hugo allait presser l’interrupteur de la lampe de chevet lorsque l’enfant le retint par la main.
– Attends… J’avais encore une question à te poser…
– Quoi donc ? sourit son oncle.
– Je me demandais… Tu penses qu’un mort, ça peut se déterrer tout seul ?
Son oncle écarquilla les yeux pour souligner l’absurdité de la question.
– « L’enfer est vide. Tous les démons sont parmi nous », dit-il dans un souffle.
– Qu’est-ce que ça veut dire ?
– C’est du Shakespeare et cela signifie que les vivants sont plus à craindre que les morts.
Hugo fronça les sourcils d’un air dubitatif.
– Et sur ce constat d’épouvante, conclut Oscar dans un large sourire, je te souhaite de beaux rêves !
D’un clic, il éteignit la lampe de chevet.
Hugo entendit ses pas s’éloigner dans le noir.
La porte se referma sans bruit.
Maintenant, la nuit pouvait commencer…


Hugo de la nuit m’a tout de suite charmée avec sa couverture sublime. Quand on parle de livres je suis superficielle. J’adore les belles couvertures, celles qui interpellent, qui donnent envie, tout simplement, et celle de ce livre en fait partie. Hugo de la nuit est donc un conte pour grands enfants, tout en délicatesse et en tendresse. Je ne savais presque rien de lui avant de finalement m’y plonger, mais je n’ai rien regretté.

Ce conte est une ode à la douceur et à l’acceptation. Tout au long de l’histoire, on nous parle de tendresse envers soi-même, de prendre soin de soi corps et âme et d’accepter les évènements contre lesquels on ne peut pas lutter. L’écriture va dans ce sens, souple et légère sans être simpliste – après tout, les enfants ne sont pas stupides et la plupart des livres jeunesse ont tendance à l’oublier.

J’ai trouvé les personnages amusants, quoiqu’un peu caricaturaux, mais ces clichés sont bien exploités. Les personnages secondaires sont pour la plupart placés sous le signe de l’humour, parfois un peu trop à mon goût, mais je pense que c’est surtout parce que je ne suis pas cliente de l’humour par l’absurde.

Je ne vous parle absolument pas de l’histoire dans cette chronique parce que le résumé n’en dit rien et que je voudrais que vous puissiez découvrir ce livre comme moi, sans avoir la moindre idée de ce qui vous attend. Je vous dirai juste que malgré quelques instants de faiblesse, le déroulement va crescendo et il suffit de se laisser porter.

En conclusion : Un livre que je placerais entre (presque) toutes les mains.

stars4

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s